Non classé

J’ai vécu une tentative de viol.

Depuis le #balance ton porc la parole c’est un peu libérée, on apprend que la plupart des viols et agression sexuelle sont faites par un proche, 91% .
Cela n’a pas été mon cas.

Source : La lettre de l’Observatoire national des violences faites aux femmes, n°13, Novembre 2018

Tout c’est déroulé une journée banale de novembre, un samedi je crois. Un petit cinéma avec ma maman pour voir un des Twilight, je ne me souviens absolument plus de quel volet il s’agissait. Un repas en famille et je suis partie voir mon amoureux de l’époque. J’ai le souvenir d’une jolie journée ensoleillé, pas froide et très agréable, j’ai beaucoup marché pas parce que le service des bus est pourri mais parce que j’en avais envie. 

Finalement l’après midi n’a pas été si agréable que ça. J’ai repris le bus en pleurant, avec un peu de musique dans les oreilles avant que mon téléphone n’est plus de batterie. 
Je ne sais plus si j’ai raté l’arrêt ou si pour des travaux ils étaient modifiés, mais je me suis retrouvée un peu plus loin que prévu de chez moi. Il faisait nuit, mais en hiver il fait nuit tôt. 

J’arrive finalement devant mon immeuble, je sonne, je n’ai pas les clés et j’ouvre a un homme derrière moi qui avait l’air d’appeler quelqu’un dans l’immeuble sans succès. J’habitais chez mes parents au 4ème étage, sans ascenseur. Je monte les escaliers et arrivé au troisième, l’homme m’attrape et me colle un couteau sous la gorge. Il me fait descendre dans le local poubelle de l’immeuble, je suis toujours en train de pleuré… 
J’ai commencé a négocié je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, j’ai proposé mes bijoux, il m’a ordonné de me déshabiller, m’a dit de ne plus pleurer que ça allait. Je lui ai dit que j’avais 17 ans, que je rentrais chez mes parents. Lui a commencé a sortir son pénis face à moi. 
Puis d’un coup il est parti sans avoir rien fait physiquement. 
J’ai ramassé ma culotte et j’ai remonté l’escalier en courant (je crois que je n’ai jamais monté les escaliers aussi vite). 

Ma passion pour les séries policière, m’a fait noté dans ma tête tout les détails qui pourrait l’identifier. Quand mes parents m’ont vu, ça s’est déroulé très vite, mon père est descendu en courant, ma mère m’a pris dans les bras, j’ai noté tous les détails que j’avais sur un post-it et on a été porté plainte. 

Le soir même j’ai été prise en charge au commissariat, les gens était compréhensif et dans l’empathie. Le lundi suivant j’ai fais un portrait robot, ça dure une après midi et tu en ressors vidé, j’ai revécu en détail toute ma journée avec le monsieur, qui lui aussi semblait épuiser à la fin…
Ensuite j’ai repris ma vie comme si rien ne s’était passé, même si j’ai du faire une ou deux identification derrière une glace sans teint, qui n’ont rien donnée. 

Je n’avais qu’un cours le mercredi matin qui me faisait partir de nuit, j’ai donc séché ces 2h de maths pendant plusieurs semaines, j’avais un ami qui m’emmenait pour les cours important. Je ne sortais plus seule le soir, je ne sors plus sans un téléphone chargé. 

J’ai passé mon bac que j’ai eu ( même les maths) . 

Plusieurs mois, voir année plus tard , il a été retrouvé. Je n’étais plus seule, malheureusement deux autres femmes étaient avec moi au procès. Elles ont été violé. La violence s’était accrue, il a laissé la dernière pour morte ( elle a fait la morte, étant proche d’une rivière, pour être retrouvée par ses enfants et son mari) .
Ces 2 femmes et moi, ainsi que nos proches ont témoigné lors d’un procès a huis-clos. Le prévenu étant mineur au moment des faits. Il a le même age que le mien. 
Raconter une journée qu’on préférerais enfouir au plus profond de nous et l’oublier, entendre les mots difficile des proches, des autres. On apprend que cet homme à déjà violé une femme qu’il a tabassé dans une autre région et qu’il était en centre éducatif fermé depuis 4-5 ans. Mais l’équipe du centre et la psychologue lui ont accordé des sorties « surveillées ». Il m’a agressé et est retourné au centre le dimanche soir sans qu’aucun changement n’est pu transparaître, puis il a violé une autre femme et là encore, « gentil garçon » …Puis on attend le verdict, j’ai été faire un câlin à ma jument avant de repartir au tribunal ou il a été condamné à 14 ans . 

Il a fait appel. 

On a du revivre le procès encore une fois, pour finir avec le même verdict.

 

Aujourd’hui ça fait 10 ans, pratiquement jour pour jour. Ce 21 Novembre 2009 a changé ma vie .

Il m’a fallut 5 ans pour ressortir seule la nuit, j’ai parfois peur de la foule, j’ai parfois peur du noir.

Ça fait 10 ans que je ne dors plus vraiment au mois de Novembre. 

 

Passionnée de séries, de musique et de tellement de choses, ce blog est mon univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *